Inscrivez-vous à notre infolettre!

Mizak, la relève agricole

Michael Cyr 02
2019-10-02

Chronique agriculture - Mizak, la relève agricole

En février dernier, Michael Cyr, âgé de 30 ans, est devenu la 5e génération de Cyr à prendre la relève de la ferme familiale située dans le 5e rang.  Il a toujours su qu’il prendrait la relève un jour, mais les problèmes de santé de son papa ont devancé l’échéancier.

À l’origine, la ferme laitière comptait 50 vaches et 225 arpents de terre cultivés. C’est en 1987 que Sylvie et Claude décident de passer à l’industrie porcine.  Faisant face à des investissements majeurs et à un nouvel achat de quota, ils jugent le risque trop élevé.  Ils font comme plusieurs autres ont fait dans les mêmes années, ils vendent les vaches, l’équipement et les terres en grandes cultures.  S’amorce alors une transformation qui aboutira en 1989 avec une maternité porcine. La ferme est maintenant spécialisée en engraissement et gère environ 2000 porcs à forfait à raison 3 rotations par année.

Ferme des CyrLa ferme laitière avant la transformation vers le porc

Michael Cyr

Après quelques années à Drummondville et à Saint-Guillaume, Michael a profité de l’opportunité offerte par Destination Saint-David pour se rapprocher de ses racines et de ses parents, ce qui était super important pour lui.

Pendant des années, il a joué au hockey jusqu’à ce qu’une blessure le force à passer à autre chose.  Fervent amateur d’adrénaline, nous avons pu le voir en action dans un octogone en MMA (arts martiaux mixtes) ou, plus récemment, dans un ring de boxe.  Un retour au hockey est prévu prochainement.  Depuis environ un an, il est aussi pompier volontaire pour la municipalité.

Son horaire à la ferme lui permettant un peu de temps libre, il aimerait offrir des cours de boxe aux jeunes et/ou devenir entraîneur au hockey.

Famille Cyr

Claude, Sylvie et Michael

Transition

L’automne dernier, Claude est diagnostiqué avec un cancer des poumons.  Le projet de transfert d’entreprise se met alors en branle. Bien que Michael soit déjà présent à la ferme et qu’il ait prévu prendre la relève, celle-ci ne devait pas se faire avant quelques années, mais il désire soulager son père des tâches journalières à la ferme et offrir à ses parents une retraite bien méritée.

Le transfert d’entreprise en agriculture n’est pas simple, même s’il est question d’un transfert de père en fils.  Claude mentionne d’ailleurs qu’il va falloir que le gouvernement fasse sa part avec des prêts à plus long terme afin d’aider les fermes familiales à survivre dans les prochaines années.  Après de nombreux rendez-vous à l’UPA Montérégie et une tonne de signatures, la transaction est conclue. 

Bien qu’il profite de sa retraite, Claude est toujours présent afin de conseiller Michael et de prêter main forte à l’extérieur au besoin.  Lors de ma visite, j’ai d’ailleurs eu droit à un cours 101 sur l’installation des pompes à purin.

 Michael Cyr

L’avenir et ses défis

Les priorités de Michael ont changé depuis l’achat de la ferme, son fils Isak et sa nouvelle entreprise occupent une place très importante dans sa vie.

Il a en tête des projets d’agrandissement dans un futur rapproché. Il est aussi pleinement conscient que les changements de réglementation, ainsi que les situations hors de son contrôle, comme les négociations entre la Chine et les États-Unis ou la présence grandissante du mouvement végan, font partie des défis de l’agriculture porcine. Malgré ceux-ci, Michael est très heureux dans son nouveau rôle de propriétaire de ferme.

Je tiens à remercier Sylvie, Claude et Michael pour leur accueil chaleureux et la visite de la ferme.  Celle-ci est entre de bonnes mains.

 

Marie-France Cloutier